Dossier de presse : De l’inauguration de l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola à l’inauguration du bâtiment Professeur Henri Vis

Alors que l’histoire de la pédiatrie en Belgique remonte à près de 100 ans, l’Hôpital des Enfants fêtera son 34ème anniversaire en octobre.  Ligne du temps et faits marquants de l’histoire d’un hôpital mono- spécialisé, qui reste encore à ce jour le seul hôpital 100% dédié aux enfants et aux adolescents en Belgique, et qui étend sa surface d’activités pour soutenir sa croissance.

Au sommaire

  • L’histoire de l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola
  • L’actualité pour l’année 2019
  • Ils ont imaginé et façonné l’Hôpital des Enfants
  • L’HUDERF en réseau : de l’Hôpital des Enfants à un projet collaboratif de soins pour les enfants
  • L’Hôpital des Enfants en images
  • L’histoire de l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola démarre bien avant son inauguration en 1986.

Pour comprendre son histoire, remontons en 1923 lorsque l’hôpital Brugmann ouvre 30 lits pédiatriques. Il faudra attendre 1950 pour qu’ouvre un service de néonatalogie. Cette année-là naît aussi le laboratoire de pédiatrie dédié à l’analyse de sang des nouveau-nés permettant de dépister des maladies dès la naissance  et qui va contribuer à réduire fortement la mortalité infantile à Bruxelles grâce à une prise en charge précoce et adaptée aux nouveau-nés.

Un an plus tard, le Professeur Robert Dubois, lance l’idée d’un hôpital d’enfants à Bruxelles. Il développe la pédiatrie universitaire, des progrès spectaculaires apparaissent à cette époque, comme la guérison de la tuberculose.

En 1986, l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola est inauguré, six ans après le début de sa construction. Il s’agit du premier hôpital entièrement dédié aux enfants en Belgique. Il l’est toujours 34 ans plus tard. A l’époque, l’hôpital compte 150 lits et accueille 17.000 patients ambulatoires dès son ouverture. Le Professeur Henri Vis en est à l’époque le président du conseil de direction. L’hôpital résulte de la coalescence du grand service de pédiatrie transféré de l’Hôpital Saint-Pierre et de la chirurgie pédiatrique qui siégeait déjà à Brugmann.

Dès son ouverture, l’HUDERF a privilégié l’approche médico-chirurgicale et la qualité de la médecine interne pédiatrique multidisciplinaire entièrement dédiée aux enfants, avec l’aide de services techniques pointus et de professionnels paramédicaux spécialisés, qui permettent à l’hôpital de devenir spécialiste du traitement des maladies rares et des pathologies chroniques. L’HUDERF est aussi le premier hôpital de Belgique à acquérir une résonance magnétique nucléaire. Un service de diététique et une clinique de pédopsychiatrie connaissent d’importants développements. La dermatologie, l’ophtalmologie, l’ORL (oto-rhino-laryngologie) et la stomatologie vont progressivement s’y implémenter.

L’hôpital peut s’appuyer sur le laboratoire de pédiatrie pour détecter précocement les anomalies du métabolisme et qui deviendra rapidement un centre de dépistage de référence pour toute la Belgique. Les recherches menées à l’hôpital ont notamment permis des avancées dans le domaine du syndrome de mort subite du nourrisson au sein de l’Unité du Sommeil, des maladies métaboliques congénitales, de la diabétologie et de la malnutrition notamment. Dès 1988, ce sont les débuts de la greffe de moelle osseuse en hémato-oncologie et des transplantations dans la drépanocytose. Au début des annnées 2000, les enfants nés sourds bénéficient des premiers implants cochléaires en ORL.

Un accompagnement psychologique et social de la famille est inclus dans l’approche et on porte une attention particulière à la douleur de l’enfant. Dès le départ, on implique les parents qui peuvent rester à l’hôpital.

En 1989, l’Ecole Robert Dubois s’installe au sein de l'Hôpital des Enfants et une maternelle thérapeutique ouvre ses portes  dans les années 90, pour faire en sorte que les enfants gardent le lien avec la « vraie vie » via l’éducation.

Cinq ans après l’ouverture de l’hôpital (1991), l’association des « Amis de l’HUDERF » ou Kid’s Care voit le jour. Elle œuvre pour la qualité de l’accueil et du cadre de vie des enfants malades et de leurs familles, ainsi qu’à la qualité des soins. Elle peut dès lors compter sur le soutien du Professeur André Kahn qui pousse au développement de l’humanisation des soins dans l’institution.

Parmi les nombreuses spécialités, la néphrologie, la dialyse rénale et la transplantation rénale vont prendre leur essor en partenariat avec l’hôpital académique Erasme (1993). L’HUDERF accueillera également un grand nombre d’enfants échappés du génocide au Rwanda (1994). Viendra ensuite la création de la Belgian Kids Fund for Pediatric Research, la fondation scientifique de l’HUDERF, qui permet à de nombreux médecins en formation de faire une thèse et de mener des projets de recherche en Belgique et à l’étranger. L’HUDERF est depuis sa création le lieu principal de l’activité académique de pédiatrie de l’ULB.

C’est en 1997 que l’HUDERF devient autonome, tout en continuant à partager des services avec le CHU Brugmann, comme l’anesthésiologie, la chirurgie cardiaque, la pharmacie, le service des travaux entre autres. Au début des années 2000, une maison d’accueil pour les parents voit le jour juste à côté de l’hôpital, au-dessus de l’Ecole Robert Dubois. Elle permet aux parents d’être plus proches de leur enfant hospitalisé et donc de maintenir le lien parent-enfant très important dans le processus de soin.

De 1999 à 2012 : l’Hôpital des Enfants s’agrandit et se développe !
De nombreuses extensions et nouveaux services voient le jour dont la modernisation du service de kinésithérapie en de nouveaux locaux pour mieux accompagner les soins aux enfants touchés de pathologies chroniques ou de maladies rares. L’hôpital s’agrandit et  un cinquième étage est construit pour accueillir les enfants en hémato-oncologie et les enfants malades rénaux avec un secteur réservé aux greffés et un centre de dialyse pédiatrique lui aussi modernisé.

Les constructions continuent avec l’agrandissement et la modernisation des soins intensifs avec, entre autres, un secteur pour les grands brûlés et une philosophie de prise en charge axée sur l’implication des parents.

Le service de néonatalogie intensive est réaménagé et inaugure une unité Koala pour accueillir parents et bébés durant la période cruciale qui suit la naissance d’un grand prématuré. Une passerelle relie désormais la nouvelle maternité du CHU Brugmann aux unités intensives de l’Hôpital des Enfants ; elle a été créée pour viser l’efficacité et le maintien du lien mère-enfant, objectifs principaux du Pôle Mère-Enfant constitué en partenariat avec la maternité du CHU Brugmann.

Pour développer la relation patient-parent-soignant et le bien-être des enfants pendant l’hospitalisation, l’HUDERF généralise également l’aménagement de chambres parents-enfants avec des salles de bains individuelles. C’est également à cette époque que l’hôpital développe encore ses partenariats avec les Hôpitaux Erasme et du CHU Saint-Pierre. Du côté de la pédopsychiatrie, un centre de référence autisme est créé en 2007.

La prise en charge de la douleur et de la douleur chronique s’est développée transversalement au fil des années et se traduit par la naissance de projets de gestion de la douleur et de distraction. Le nombre d’enfants atteints de maladies chroniques sévères ainsi que de maladies limitant la vie a augmenté. Afin d’améliorer la qualité de vie de ces enfants malades et de leurs familles, l’équipe de liaison Globul’Home organise l’accompagnement social, psychologique, administratif des patients et de leurs familles, comme par exemple dans des domaines comme les maladies neuromusculaires ou bien d’autres maladies rares. Une équipe mobile de soins palliatifs sort quant à elle des murs de l’hôpital pour accompagner les familles et améliorer la qualité de vie de l’enfant atteint d'une maladie grave, évolutive et/ou terminale.

Incontournable pour favoriser l’adhésion au traitement, l’éducation thérapeutique s’intègre également de façon transversale, pour informer et expliquer à l’enfant, au parent ainsi qu’à son environnement l’importance du traitement. A titre d’exemples, la clinique de diabétologie va dans les écoles des enfants diabétiques. Au sein de l’unité du sommeil, on apprend aux parents à utiliser un respirateur quand l’enfant a besoin d’une assistance respiratoire la nuit. En chirurgie, les infirmières prennent le temps de montrer comment masser et soigner une plaie après une chirurgie réparatrice. Le patient chronique est pris en charge dans sa globalité, ce qui a toute son importance pour l’adhésion au traitement : les équipes intègrent par exemple le suivi sportif et diététique dans la prise en charge de la mucoviscidose.

L’Hôpital des Enfant foisonne d’initiatives novatrices. L’idée d’agrandir l’Hôpital des Enfants mûrit dès 2005, mais il faudra attendre août 2012 pour la pose de la première pierre du bâtiment Professeur Henri Vis dont le gros œuvre sera terminé en mars 2015. L’année 2015, toutes les unités d’hospitalisation ont été rénovées.

Deux nouveaux projets débutent au sein de l’unité de prise en charge précoce et individualisée de l’autisme ainsi que de l’unité dédiée au lien précoce parents-bébé. Le service de pédopsychiatrie s’est fortement développé pour répondre aux besoins grandissants de prise en charge de la santé mentale des enfants et des adolescents, reflet de l’évolution sociétale. Les adolescents peuvent également poursuivre leur scolarité à l’école des Ados de Robert Dubois. Quand ils arrivent en âge d’être suivis dans un hôpital d’adultes, les patients bénéficient d’initiatives de transition entre l’Hôpital des Enfants et l’ hôpital d’adultes, grâce aux liens noués entre les équipes des hôpitaux pour favoriser le suivi des traitements des jeunes adultes.

Les techniques mini-invasives et la technologie continuent à se développer au sein de l’Hôpital des Enfants, qui fait l’acquisition en 2015 de l’EOS (imagerie 3D à basse dose), du robot chirurgical qui permet de combiner chirurgie mini-invasive et l’apprentissage par le virtuel. Un laboratoire d’étude du mouvement est aménagé en kinésithérapie pour l’analyse de la coordination musculaire chez les enfants avec déficit moteur ou intellectuel.

L’HUDERF affirme son identité 100% pédiatrique en faisant aussi évoluer son identité visuelle et ses abords. Le logo, un petit bonhomme qui court, tout bleu depuis 1986, prend de la couleur. L’année suivante, c’est une plaine de jeux extérieure qui est inaugurée à l’occasion des 30 ans de l’institution et des rénovations commencent aux consultations pour mieux accueillir les familles.

L’année 2016 est marquée par l’inauguration du LHUB (laboratoire commun aux hôpitaux du CHU Bruxelles et à l’hôpital Erasme) et l’année 2017 par la reconnaissance européenne en tant que Centre d’expertise European Reference Networks notamment pour l’endocrinologie, les maladies métaboliques (en partenariat avec l’hôpital Erasme) et l’oncologie pédiatrique, mettant en réseau une série d’experts des maladies rares pour améliorer la prise en charge et raccourcir l’errance diagnostique. Le potentiel de la génétique ouvre également dans ce domaine de nouvelles possibilités. L’hôpital contribue à porter des projets scientifiques prometteurs de chercheurs et cliniciens en neurologie et vaccinologie notamment. C’est également à cette époque que des initiatives de prévention en matière de vaccination se développent pour répondre à la baisse de la couverture vaccinale et à l’hésitation vaccinale en tant que phénomène sociétal, touchant tant les parents que les professionnels. Côté activités, deux nouvelles prises en charge sont proposées aux patients en 2017 : une unité d’exploration de l’épilepsie permet de réaliser des examens EEG vidéo. La Clinique du Poids Junior développe la prise en charge multidisciplinaire du surpoids et de l’obésité.

Depuis leurs débuts, les services de néonatalogie, des soins intensifs et des urgences ont déployé beaucoup d’énergie à transmettre leurs savoirs et savoir-faire en termes de réanimation pédiatrique, devenant formateurs en Belgique et à l’étranger. Au fil des années, l’hôpital est devenu un centre de référence pour la formation des professionnels aux spécificités pédiatriques des métiers médicaux et paramédicaux.   

En 2018, pas moins de 200.000 patients ont été accueillis en ambulatoire dont plus de 40.000 aux urgences, héberge 183 lits pour plus de 47.000 journées d’hospitalisation par année. L’hôpital compte plus de 20 conventions, permettant aux patients de bénéficier d’une remboursement des soins dispensés par une équipe pluridisciplinaire spécialisée. L’hôpital compte 8 maîtres de stages pour les médecins en formation et près de 90.000 heures de formation du personnel, plus de 60 médecins candidats spécialistes en formation. 63 études cliniques sont en cours, et en moyenne entre 100 et 120 publications scientifiques paraissent chaque année. Un peu plus de 1000 personnes travaillent à l’hôpital aujourd’hui.

  • L’actualité pour l’année 2019

Récemment accrédité par l’organisme Canada International, l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola obtient le niveau or, soulignant la qualité et la fiabilité de la prise en charge des patients et de leurs familles. 
Communiqué de presse

La rentrée 2019 est marquée par l’inauguration du bâtiment Professeur Vis, un espace de 11.500 m². Le nouveau quartier opératoire est doté de 7 salles, dont une salle d’opération hybride qui permet des opérations complexes de façon encore moins invasive. Associant les qualités d’une salle d’opération conventionnelle et d’un système de radiologie de haute performance, la nouvelle salle permet de pratiquer des interventions sophistiquées et d’adapter la technique au profil de risque du patient. Notons que l’ensemble du quartier opératoire est digitalisé et équipé de vidéo transmission. Il est conçu pour soutenir le développement des spécialités chirurgicales et sera doublé d’un laboratoire de chirurgie virtuelle, en cours de développement.

Passant de 800 m² à près de 1 800 m², les locaux des nouvelles urgences sont modernes et spacieux. Ils ont aménagés de façon à optimiser le parcours du patient et sa famille lorsqu’ils arrivent aux urgences : selon la gravité de leurs symptômes et des blessures, déterminée lors du triage infirmier, les patients transitent par la zone de High, Medium ou Simple Care. Chaque zone a sa propre salle d’attente conçue pour permettre aux familles d’attendre confortablement avec leur enfant. Une filière de soins spécifique permet une prise en charge optimale des pathologies aigues en pédiatrie, en collaboration avec l’ensemble des services de l’hôpital.

Depuis l’été 2019, les directions de l’Hôpital des Enfants et du CHU Brugmann partagent elles aussi un étage pour continuer à développer les collaborations existantes entre les deux institutions dans un esprit ‘campus’. A l’horizon 2020, le service de pédopsychiatrie trouvera également sa place dans le nouvel édifice ; avec l’aménagement d’une unité d’hospitalisation pédopsychiatrique et deux unités de jour de pédopsychiatrie - une unité de prise en charge précoce et individualisée de l’autisme (APPI) et une unité de développement du lien précoce (Parents Bébés). Dans la continuité d’une vision mère-enfant, l’unité de néonatalogie non intensive du CHU Brugmann occupera de nouveaux espaces dans le bâtiment Pr Vis, directement reliés à la maternité voisine.

Blog : Affirmer les projets, collaborer pour se renforcer

  • Ils ont imaginé et façonné l’Hôpital des Enfants

De nombreux hommes et femmes ont contribué d’une façon ou d’une autre au rayonnement intérieur et extérieur de l’Hôpital des Enfants, au bien-être des enfants et de leur famille, tout au long de son histoire, et déjà bien avant que le premier bâtiment de briques rouge ne sorte de terre en 1986.

Deux professeurs ont prêté leurs noms deux bâtiments qui constituent désormais l’Hôpital des Enfants.

Professeur Robert Dubois
Le Professeur Robert Dubois a imaginé l’Hôpital des Enfants. Promoteur dès 1954 de ce projet, il l’a porté des années durant contre vents et marées. Très tôt il défend l’idée de séparer l’hôpital d’enfants de celui des adultes pour une prise en charge entièrement adaptée à eux. Il développe la pédiatrie universitaire, des progrès spectaculaires apparaissent, comme la guérison de la tuberculose. Son nom a été donné à l’Ecole Robert Dubois, établissement de la Ville de Bruxelles. En 2019, l’Hôpital des Enfants s’agrandit et inaugure un deuxième bâtiment, le bâtiment Pr Vis, relié par des passerelles. L’hôpital aux briques rouges devient le bâtiment Robert Dubois. Le Professeur Robert Dubois est né à Nivelles le 16 octobre 1904 et décédé le 25 mars 1987. Il remporta 3 fois le prix Mercier.

Professeur Henri-Louis Vis
Le Professeur Henri-Louis Vis est l’un des successeurs du Professeur Dubois à la tête du service de pédiatrie à l’époque situé au CHU Saint Pierre. C’est lui, qui a su convaincre le CPAS de la ville de Bruxelles et l’Université Libre de Bruxelles d’implanter un hôpital d’enfants sur le campus de l’Hôpital Brugmann. Il avait les qualités requises pour mener à bien ce projet audacieux : en plus d’être un grand interniste pédiatre, l’homme était un visionnaire et un travailleur acharné. Il a étudié la malnutrition chez l’enfant et a mis au point un traitement réduisant drastiquement le taux de mortalité.

Chef de service de Pédiatrie et Président du Collège de direction de l’HUDERF jusqu’en 1994, année de son admission à l’éméritat, le Professeur Vis a réellement mis l’hôpital sur ses rails. C’est son nom qui a été choisi aujourd’hui par le Conseil d’Administration pour être donné au nouveau bâtiment. Henri Vis est né le 22 octobre 1928 à Anvers et décédé le 14 avril 2002 à Bruxelles.

  • L’HUDERF en réseau : de l’Hôpital des Enfants à un projet collaboratif de soins pour les enfants

Tantôt pour des raisons d’ordre stratégique et juridique tantôt pour des raisons d’optimisation des coûts, l’HUDERF s’est allié à d’autres hôpitaux au courant de son histoire, et notamment avec les hôpitaux publics de la Ville de Bruxelles et le CHU Brugmann.

Parmi ces réseaux, on retrouve le groupement OSIRIS avec le CHU Brugmann, qui permet une gestion commune des services et projets partagés sur le campus Horta. La faitière IRIS qui a vu le jour en 1996 par le regroupement de 3 hôpitaux généraux (le Centre Hospitalier Universitaire Saint-Pierre, le Centre Hospitalier Universitaire Brugmann et les Hôpitaux Iris Sud) et de deux hôpitaux mono-spécialisés (l’Institut Jules Bordet et l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola). Ce rapprochement a permis de créer une série de droits et de responsabilités dans l’organisation des hôpitaux bruxellois.

En 2015 et pour répondre aux besoins liés notamment à la qualité des soins et au financement hospitalier, la ville de Bruxelles, le CPAS de Bruxelles et les quatre hôpitaux qui en dépendent (CHU Saint-Pierre, CHU Brugmann, Institut Jules Bordet et Hôpital Universitaire Des Enfants Reine Fabiola), ont décidé d'unir leurs forces et ainsi privilégier une stratégie de plus grande intégration entre hôpitaux et de développement de services partagés. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui le CHU Bruxelles.

En date du 1er janvier 2020, les hôpitaux publics de la Ville de Bruxelles et l’Hôpital Erasme de l’ULB uniront leurs hôpitaux pour former l’une des plus grandes structures hospitalière de Belgique. Son nom devrait être Grand Hôpital Universitaire Bruxellois (GHUB).

Blog : Le futur est dans la diversité

De l’Hôpital des Enfants à un projet collaboratif de soins pour les enfants

  • L’Hôpital des Enfants en images

15 ans de rénovation en images

Base de données photographique

Contactez-nous
Maud Rouillé Responsable communication - Communicatie verantwoordelijke, HUDERF - UKZKF
Maud Rouillé Responsable communication - Communicatie verantwoordelijke, HUDERF - UKZKF
A propos de Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola

L’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola (HUDERF) est le seul hôpital belge exclusivement dédié aux enfants et aux adolescents. Il a pour missions :

- De soigner et d’accompagner l’enfant, l’adolescent et ses proches, par une prise en charge globale, multidisciplinaire, humaniste et d’excellence. 

- D’assurer un enseignement et une recherche de haut niveau par une démarche continue d’innovation et de développement des connaissances.

- De contribuer activement à l’éducation à la santé.

En mettant tout en oeuvre pour le bien-être de l’enfant, notre hôpital contribue à ce qu’il soit acteur de son propre développement et s’épanouisse dans la société.

www.huderf.be

Découvrez le blog de la #teamhuderf : www.huderf30.be 

Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola
Avenue JJ Crocqlaan 15
1020 Bruxelles