Communiqué de presse : Semaine européenne de la vaccination : les pédiatres de l’HUDERF prennent position

Communiqué de presse : Semaine européenne de la vaccination : les pédiatres de l’HUDERF prennent position

Victime d’une véritable épidémie, la Belgique enregistre une augmentation de 10% du nombre de cas de rougeole depuis ces deux dernières années.

Lundi 24 avril 2017 — A l’occasion de la semaine européenne de la vaccination (du 24 au 30 avril), l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola lance une campagne d’information sur la vaccination pédiatrique. Suite à la résurgence de maladies dites évitables par vaccination et l’inquiétude croissante des parents face à la vaccination, les pédiatres et chercheurs de l’HUDERF font un état des lieux et tentent de répondre aux besoins d’information des parents, tout en soulignant pourquoi aujourd’hui, il est capital de continuer à vacciner les enfants. 

Deux maladies graves sur le retour
L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) estime que la vaccination permet de sauver trois millions de vies chaque année. Une intervention sanitaire des plus bénéfiques, juste après l’accès à l’eau potable. La vaccination permet non seulement la protection contre la mortalité et la morbidité due aux maladies infectieuses, mais elle permet dans certains cas l’éradication totale de celle-ci. Or, les pédiatres de l’HUDERF le constatent lors des consultations, dans les salles d’hospitalisation et dans la littérature médicale récente : certaines maladies graves, qu’on pensait en voie d’éradication grâce à la vaccination, sont sur le retour. En effet, l’épidémie de rougeole qui traverse actuellement l’Europe a déjà causé la mort de jeunes enfants. En Belgique, plus de 70 cas ont été déclarés en 2017, contre 7 à 8 cas durant la même période en 2015-2016. La coqueluche tue 1 à 5 enfants par an en Belgique. Deux maladies graves dont la résurgence souligne l’importance capitale de la vaccination chez les enfants.

Abandonner les vaccinations, une décision lourde de conséquences
Constat sur le terrain : les parents sont influencés par des courants de désinformation sur la vaccination et sont envahis par le doute. Et cela les conduit à ne pas vacciner, à retarder ou à modifier le schéma vaccinal de leurs enfants. Le professeur Pierre Smeesters, chef du service de pédiatrie à l’HUDERF et chercheur de renommée en infectiologie pédiatrique, est formel : « Abandonner totalement la vaccination des enfants et des adultes est extrêmement dangereux, voire mortel. Le taux de vaccination ayant chuté ces dernières années, moins d’individus sont protégés, ce qui permet aux virus et bactéries de se propager plus rapidement. Pour prévenir les épidémies, nous devons absolument atteindre et maintenir un taux de vaccination très élevé, à hauteur de 95%. Ce qui n’est pas le cas pour la rougeole actuellement en Wallonie et à Bruxelles. Nous sommes à 95% pour la première dose, mais nous tombons à 75% pour la seconde dose vaccinale. »,

Contrer les idées reçues
Face aux courants de désinformation, l’équipe de l’HUDERF prend position. Et notamment à propos de la sécurité des vaccins : « La vaccination n’est pas parfaite, mais les vaccins sont très sûrs. Ils font l’objet d’une surveillance importante, continue et transparente. Il existe chez certains individus des possibilités de réactions locales (bras douloureux), de légère fièvre, ou plus rarement, de réaction allergiques passagères : raisons pour lesquelles la vaccination doit toujours être encadrée. Rares sont les manifestations post-vaccinales graves et le risque de séquelles dues à la maladie telle que la polio (paralysie) ou la rougeole (encéphalite ou cécité), par exemple, est beaucoup plus grand en cas de non-vaccination » explique le Professeur Smeesters.

Dans une série de blogs, le Pr Smeesters et son équipe commentent de façon nuancée et transparente toute une série de thèmes comme la qualité des vaccins, l’absence de lien avec l’autisme ou la mort subite du nourrisson, l’efficacité des vaccins combinés, l’évolution de la couverture vaccinale en Belgique et en Europe, les conditions d’apparition d’une épidémie… A découvrir sur www.huderf30.be et sur les médias sociaux de l’HUDERF tout au long de cette semaine de la vaccination. La campagne se poursuivra durant le reste de l’année.

Que pensent les parents de la vaccination ?
Parallèlement à la campagne, l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola finalise actuellement une étude qualitative (sous forme de focus groups) afin d’approfondir les impressions, points de vue et besoins des parents concernant la vaccination. Les premiers entretiens dévoilent un manque d’informations concrètes et nuancées ainsi qu’un désir de pouvoir assister à des séances questions-réponses sur la vaccination en fin de grossesse. Les  résultats de cette étude seront communiqués ultérieurement.

Décisions individuelles, responsabilités collectives : Semaine Mondiale des Déficits Immunitaires
Du 22 au 29 avril se tiendra également la Semaine Mondiale des Déficits Immunitaires (World PI Week). Les patients atteints de déficits immunitaires primaires (DIPs) ont, entre autres, une vulnérabilité aux infections. La vaccination est une autre mesure complémentaire efficace pour protéger les enfants présentant des déficits immunitaires. Si certains vaccins qui ont été développés au cours des dernières années permettent de contribuer significativement à maximiser leur protection contre les infections, d’autres restent contrindiqués dans ce groupe précis de patients. Il est néanmoins possible de participer à leur protection grâce à la vaccination de l’entourage familial et plus largement de la communauté (protection par l’immunité de groupe).

--- Fin du communiqué de presse ---

A l’attention des journalistes :

Les blogs sont disponibles sur www.huderf30.be et dans le dossier de presse ci-joint.

Le Professeur Pierre Smeesters et son équipe se tiennent à votre disposition pour répondre à vos questions.

Toutes les demandes d’interviews peuvent être adressées à Amélie Putmans par mail amelie@racin.eu ou par téléphone 0032 477 20 09 70.

Contact Presse
Maud Rouillé
Responsable communication
Maud.rouille@huderf.be
0490/493.111

Maud Rouillé HOPITAL UNIVERSITAIRE DES ENFANTS REINE FABIOLA